Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration C4LR2Z5M0B

Perte quasi totale du liquide de refroidissement

Dates

Date de déclaration : 21/07/2020
Dernière modification : 23/07/2020
Date de clôture : 23/07/2020

Descriptif de l'évènement

En montée initiale, une forte odeur de caoutchouc brûlé est ressentie. En vent traversier, on note la température cylindre n°3 en butée haute.
En vent arrière 1500 ft, la puissance est réduite dans l'espoir d'une amélioration.
En fin de vent arrière, aucune amélioration n'étant intervenue, un retour terrain est demandé et une base éloignée nous est accordée par la tour.
Atterrissage normal.
Après ouverture des capots, une durite du circuit de refroidissement est trouvée déboîtée. Le réservoir de liquide de refroidissement est vide.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Matériel
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : OK
Environnement : Contrôlé (Classe A, B, C, D, E)
Phase de l'évènement : Au décollage
Type de vol : Instruction double commande
Type d'évènement : Moteur: Problème
Type d’aéronef : AT3 R100
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


La surveillance des paramètres vitesse et puissance moteurs pendant la course au décollage doit permettre de décider de poursuivre ou d'interrompre celui-ci. Pendant la montée initiale le pilote est focalisé sur la vitesse, l'assiette et la puissance disponible. La surveillance des paramètres de température cylindre à ce moment du vol est anecdotique. L'odorat est un paramètre important qui oriente l'investigation. En l'occurrence l'odeur de caoutchouc brulé persistante fait penser à un problème mécanique. La surveillance des paramètres moteur peut permettre également de détecter une anomalie.
Il y a une menace identifiée de manière olfactive, une anomalie qui peut être confirmée ou non par les instruments moteurs.
Quand il y a un doute, il n'y a pas de doute... La décision de se reposer s'impose afin d'investiguer avant toute nouveau départ. Dès qu'il s'agit de problèmes liés au moteur, il faut avoir à l'esprit le risque d'arrêt de celui-ci et du traitement associé. "L'atterrissage sans moteur" n'est peut être pas loin et peut se produire à n'importe quel endroit du tour de piste à une altitude relativement basse (<1000 ft / sol) qui laissera peu d'alternative. Se préparer mentalement à cette issue en repérant un lieu le plus approprié possible tout en poursuivant le tour de piste et en réduisant la puissance au strict nécessaire. Un message "MAYDAY MAYDAY MAYDAY" peut être anticipé afin d'alerté le contrôleur Tour, l'AFIS ou les autres aéronefs dans la circulation d'aérodrome afin d'avoir la priorité d'atterrissage.

Actions correctives : L'interruption du vol par un atterrissage anticipé. La réparation de l'anomalie.

Actions préventives :