Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration CGBG2FPYVT

Panne radio en circuit de piste

Dates

Date de déclaration : 21/09/2020
Dernière modification : 26/09/2020
Date de clôture : 26/09/2020

Descriptif de l'évènement

En circuit de piste et atteignant 1000 ft sol, conformément à la checklist, l’élève veut couper la pompe à essence mais se trompe de bouton, et coupe l’avionique. Il remet immédiatement l’avionique sous tension. La radio se rallume mais affiche un message « radio needs service – press Enter ». RX, TX, et intercom ne fonctionnent plus, même après avoir appuyé sur « Enter ». L’instructeur affiche 7600 au transpondeur et appelle la tour par téléphone. Etant seul dans le circuit, la tour donne la clairance d’atterrissage par téléphone.
Au parking, après arrêt total du moteur et de tous les systèmes, et un temps d’attente d’environ 10 secondes, l’instructeur remet sous tension l’avionique. La radio fonctionne de nouveau correctement. Il contacte la tour pour rendre compte.
Je pense qu’il ne faut pas immédiatement rallumer l’avionique après l’avoir coupée, mais attendre un peu.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : SO
Environnement : Contrôlé (Classe A, B, C, D, E)
Phase de l'évènement : En tour de piste
Type de vol : Instruction double commande
Type d'évènement : Radio-Navigation
Type d’aéronef : AQUILA-AT01
Equipement : Instrumentation mixte (aiguille + GPS par exemple)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Sur l’Aquila, les boutons de la pompe à essence et de l’avionique sont côte à côte. La précipitation dans l’exécution de l’action à effectuer a entrainé une confusion des boutons.
Selon la rapidité des évènements et de la vitesse de l’avion, il est parfois nécessaire d’exécuter des actions plus ou moins rapidement. Cependant, il est préférable d’anticiper les actions à venir, de façon à les faire calmement, plutôt que de les exécuter dans la précipitation, au risque comme dans le cas présent de se tromper de bouton.

Le SGS recommande l’entrainement par des amphis-cabine. Cela consiste à exécuter les checklists par des gestes réels, dans l’avion, lors de simulation de vol au sol. On peut ainsi être bien concentré sur les actions à faire, et à quel moment les faire. Etant déchargé du pilotage puisque l’on ne vole pas, on peut ainsi s’entrainer à exécuter correctement ces actions. Ainsi en vol, la main ira naturellement vers le bon bouton pour exécuter l’action le moment venu.
L’ergonomie et la disposition des commandes selon les avions, sont différentes et pas toujours idéales. Il faut être encore plus vigilant lorsque l’on vole sur différents avions.
Pensez à prendre dans l’avion votre téléphone avec le numéro de la tour en mémoire. C’est un moyen de communication alternatif efficace pour obtenir une clairance en cas de panne radio.