Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration CGBHWL7UP5

Vibrations moteur

Dates

Date de déclaration : 11/10/2020
Dernière modification : 11/10/2020
Date de clôture : 11/10/2020

Descriptif de l'évènement

Lors d'un vol local secteur nord en DR400, je ressens des vibrations qui me semblent venir du moteur. Après vérifications des paramètres, tout est dans le vert ! Seule observation suspecte, les tours moteurs ne sont pas très stables (ils oscillent de +/- 50 tours). Je décide donc d'écourter le vol et revenir vers le terrain.
Je préviens le contrôleur tour de LFRB. Après accord, je quitte 1500ft en montée vers 2500ft pour avoir plus de marge en cas de gros problème moteur. Les vibrations s'arrêtent pendant quelques minutes puis reprennent en longue base main droite 25L (avec la réchauffe carbu tirée). Le posé se fait sans encombre.
Les essais moteurs au parking ne révèlent rien d'anormal. Je débriefe auprès des pompiers qui m'ont suivi jusqu'au parking, puis avec le RSGS présent dans le hangar.
Même si tous les paramètres moteurs étaient dans le vert, les légères variations de RPM et les vibrations m'ont décidé à me rapprocher du terrain et écourter mon vol de quelques minutes. Je pense avoir plutôt bien réagi en choisissant de monter à 2500ft (sans trop toucher à la puissance) afin de pouvoir planer davantage en cas de problèmes moteurs plus sérieux, et en expliquant la situation à ma passagère.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Matériel
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Contrôlé (Classe A, B, C, D, E)
Phase de l'évènement : En route
Type de vol : Local
Type d'évènement : Moteur: Problème
Type d’aéronef : DR 400/120
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Bonne réaction du pilote d’écourter son vol par un retour terrain, ainsi que la prise d’altitude sans toucher à la puissance. Une réserve de hauteur est toujours rassurante en cas de doute. Même s’il n’y a pas de danger immédiat, il est important de tenir informé le contrôle. Cela permet d’avoir une clairance privilégiée pour le retour.
Il faut aussi informer ses passagers. Là ils voient qu’il y a un problème, mais que vous agissez calmement et prenez des décisions qu’il faut aussi, si vous en avez le temps, expliquer. Les tenir à l’écart des évènements est bien pire. Ne pas informer, c’est laisser place à l’anxiété et à tous les fantasmes et scénario catastrophe.

Arrêt de l’avion et passage en maintenance