Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration EP52DB51RQ

Fréquence 122.700 attribuée à deux organismes de la CA

Dates

Date de déclaration : 14/10/2020
Dernière modification : 17/10/2020
Date de clôture : 17/10/2020

Descriptif de l'évènement

En finale piste 33 à Toulouse-Lasbordes (LFCL) je m'apprête à transmettre sur la fréquence TWR quand j’entends "fort et clair" un message adressé au Service APP d'Orléans-Bricy (LFOJ).
Ce jour là, un anticyclone s'étend sur la Bretagne-sud, la Vendée et le golfe de Gascogne et une dépression affecte la Bourgogne, la Franche-Comté et tout le Nord-Est de la France. Le début de matinée a été pluvieux mais dans l'après-midi au moment de l'événement seuls quelques petits cumulus sont présents dans le ciel et l’air est limpide.
Lors d'un vol effectué la veille dans des conditions atmosphériques similaires j'avais entendu un message identique alors que j'étais en étape de base piste 33.
Interrogé, le Chef de la Circulation Aérienne me rapporte que la réception de tels messages lui a déjà été signalée par les contrôleurs.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Autre
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En approche finale
Type de vol : Instruction double commande
Type d'évènement : Autre type de problème
Type d’aéronef : DA-20
Equipement : Instrumentation mixte (aiguille + GPS par exemple)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


La réception de messages échangés avec un autre organisme de la CA est particulièrement gênante : elle empêche ou brouille les radiocommunications établies entre le contrôleur et les aéronefs de la circulation d'aérodrome. Elle retarde la transmission des messages ATC, notamment pour les clairances d'atterrissage et l'information de trafic.
Les deux aérodromes sont pratiquement situés sur le même méridien et distants d'environ 270 nautiques.
La réception de tels messages "lointains" peut s'expliquer du fait de l'altitude relativement élevée des aéronefs contactant l'APP et/ou de conditions atmosphériques particulières favorisant une propagation "trans-horizon" des ondes radio VHF !
[Cf. Rapport ANFR sur les phénomènes de propagation anormale : propagation par conduit et réflexion/réfraction sur les couches élevées de l'atmosphère Référence ANFR(14)01]
Des situations similaires sur la FRQ A/A de LFMW (Castelnaudary) identique à celle de LFCZ (Mimizan) et sur la fréquence de LFRZ (St Nazaire) identique à celle de LFBS (Biscarrosse) avaient fait l'objet des déclarations REX-FFA référencées EP3DLB4ONF et CCDB0PBT5I.
L'augmentation du nombre de canaux issue de l'espacement à 8.33 kHz des fréquences VHF utilisées pour les radiocommunications aéronautiques n'a pas encore eu pour effet de remédier à ces situations.
Pour mémoire les aéronefs de l’aviation générale doivent obligatoirement être équipés de radios compatibles 8.33.

Actions correctives :
transmission d'un CRESAG
Actions préventives :