Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration CCF82E2N97

Sortie de piste au roulage après atterrissage

Dates

Date de déclaration : 24/10/2020
Dernière modification : 24/10/2020
Date de clôture : 24/10/2020

Descriptif de l'évènement

J'ai 54 ans, je suis pilote depuis le 17 avril 2019, j'ai débuté ma formation le 11 juin 2017, je comptabilisais lors de l’incident 112h05 dont 54h50 en commandant de bord, soit quasiment tout juste la moitié.
J'ai surtout volé sur DR400, soit au 18 juillet 2020 : 101h45 et 10h20 sur un APM20 lionceau que l'on possède à l'aéroclub depuis octobre 2019.
L'incident s'est passé avec l'APM20 lionceau.
J'ai décollé ce samedi 18 juillet d'Ancenis à 16h35 en 07 pour une petite navigation jusqu'à Cholet (LFOU) où j'ai effectué un complet en 03. Je suis resté sur place environ 40 min puis j'ai redécollé de Cholet à 18h pour en atterrissage vers 18h30 à Ancenis.
Au retour à Ancenis, lors de la verticale à 1600 pieds, j'ai repéré que la manche à air était quand même légèrement orienté vers la 25 tout en variant assez régulièrement d'axe sur environ 50° indiquant parfois la 07... C'était de toute façon des conditions de vent "plein travers" même si le vent était plutôt calme.
J'ai donc décidé d'atterrir en 25 qui semblait bien la dominante alors que, lors du décollage, la manche à air était davantage orientée vers la 07.
Le circuit d'atterrissage s'est bien déroulé dans les bons paramètres et l'avion stabilisé à la bonne altitude et bonne vitesse.
L'arrondi s'est bien passé également avec un toucher en douceur à 62 Kts environ, ce qui correspond au paramètre concernant l'APM20.
Jusque-là, le vol + complet à Cholet + début d’atterrissage à Ancenis se sont parfaitement bien passés. J'étais même plutôt satisfait et de ce fait mon attention s'est peut-être et même sans doute un peu relâché trop vite après l’arrondi, le vol étant terminé dans ma tête ! Le facteur humain a donc certainement dû jouer sur ce qui s’est passé juste après et on ne m’y reprendra pas !
En effet, soudainement, après l’arrondi et environ 5 à 10 sec après le toucher des roues, l'avion a commencé à faire une embardée sur la gauche alors que j'étais en train de ralentir.
L'avion a débuté des zig-zag sur la piste en s'accentuant et j'ai eu le mauvais réflexe de tenter de freiner un peu plus, accentuant sûrement le phénomène.
Dans la dernière embardée avant de sortir sur la gauche dans la prairie à côté, l'extrémité de l'aile droite est venue riper sur le bitume de la piste, juste sous le saumon mais sur une très courte durée. Par chance, l'avion n'a pas heurté de balises en sortant de la piste, le train principal et roulette de nez sont intègres, il n'y a pas eu de choc.
L'avion a continué sur l'herbe mais j'ai pu reprendre le contrôle en freinant efficacement, l'herbe aidant aussi.
Une fois immobilisé, j'ai rentré les volets, coupé la pompe et j'ai pu revenir sur la piste et rentrer au parking.
Une fois les opérations de fin de vol faites dans l'avion et dès ma sortie, j'ai appelé mon président d'aéroclub qui était dans le hangar pour lui dire ce qui s'était passé. Après une inspection de l'avion avec lui et vu que l'extrémité de l'aile a juste légèrement frotté mais sans déformation, j'ai indiqué la sortie de piste sur le carnet de route de l'avion et il a signé l'APRS.

Au moment de l’arrondi, j’avais bien mis du manche à droite (vent plein travers de la droite) et pied à gauche mais sans doute trop de pied.
Par ailleurs, peut-être aurai-je dû faire une remise de gaz pour rendre les gouvernes plus efficaces par le flux d'air que cela aurait généré et cela aurait sans doute stabilisé l'avion par la force de traction d'autant que j'avais la distance suffisante pour redécoller mais on pense sans doute moins à une remise de gaz une fois au sol ! (sauf pour un touché prévu…).
Loin de perdre confiance, je veux capitaliser sur cette expérience et tant mieux si ce REX peut mettre en garde d’autres pilotes comme quoi, tant qu’on n’est pas au parking, moteur coupé, on ne relâche pas l’attention ! Un vol ne se termine pas dans sa tête au toucher des roues !! Je mets donc cet incident au registre du facteur humain ayant engendré l’incident, la réaction de l’avion m’ayant alors surpris…

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : Météo CAVOK, 5-10 KT de vent travers variant sur un angle d'environ 50° autour d'un axe NNW
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : A l'atterrissage
Type de vol : Solo pilote
Type d'évènement : Sortie de piste
Type d’aéronef : Autre
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


L'APM20 est un peu délicat au roulage car les ressorts entre les palonniers et la roue avant sont souples et cela peut entrainer un surcontrôle de l'appareil au roulage (le pilote appuie assez fort d'un côté car la réaction de l'avion n'est pas immédiate et ensuite corrige en mettant du pied de l'autre côté en appuyant encore trop fort et le mouvement peu s'amplifier jusqu'à l'embardée). Il convient d'agir en souplesse et d'anticiper la remise des palonniers au centre.
Dans ce REX, il semble que le pilote regardait trop près de l'avion, ce qui a entrainé un surcontrôle pour revenir sur l'axe des piste.

Actions correctives :
Séance d'entrainement avec FI en portant le regard loin devant l'avion.
Actions préventives :
Diffusion de ce REX