Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration EOF0VV1S0F

Risque d'abordage sur un aérodrome non contrôlé

Dates

Date de déclaration : 12/11/2020
Dernière modification : 14/11/2020
Date de clôture : 14/11/2020

Descriptif de l'évènement

Après avoir passé le sud de la CTR de Agen, et libéré par Toulouse Info, je contact Aquitaine Info pour poursuivre ma route au 325° à 4500 ft QNH. Le contrôleur fait l'info de parachutage à La Réole et du décalage du Parachuteur. J'ai proposé de dévier ma route plus au sud afin d'éviter la zone. Sa réponse a été que cela n'était pas nécessaire, car juste au décollage. Il m'a donné une indication position quelques minute après. Bien que cherchant l'aéronef, impossible d'établir un contact visuel. Puis annonce , 400 Ft bas, 0,5 nautique !
J'ai croisé le parachuteur à une cinquantaine de mètre dans les 9 heures. Manoeuvre d'évitement et visiblement, il ne m'avait pas vu non plu. Lorsque j'ai indiqué au contrôleur que c'est passé proche, sa réponse fût que le radar pouvait ne pas être précis !?
Malgré la confiance du contrôle, il convient de prendre des dispositions pour passer plus au large des zones de parachutage.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En route
Type de vol : Navigation
Type d'évènement : Risque d'abordage
Type d’aéronef : DR 400/180
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Retranscription des échanges pilote/contrôleur le 12/07/2020 entre le SIV Aquitaine et le XXXXX* à 09H06 TU
09h06m25s
CTL : XXXXX je vous signale de l’activité PARA sur le terrain de la Réole. L’avion au départ du terrain.
X-XX : Vous préférez que je passe au nord ou au sud
CTL : Comme vous souhaitez. Le temps que vous passiez, l’activité ne sera pas encore en cours le temps qu’il monte, il croisera votre trajectoire d’ici 2 à 3 minutes
09h07m46s
CTL : X-XX, pour info, l’avion largueur est vertical La Réole actuellement en montée 2000ft bas
X-XX : XX**
09h08m41s
CTL : X-XX, l’avion parachuteur actuellement dans vos 11H, midi, 2NM, 1000ft bas en montée
X-XX : XX, je regarde, je n’ai pas de visuel
09h09m09s
CTL : XX, le trafic est actuellement midi, 1NM, 500ft bas en montée
X-XX : XX
CTL : il est juste devant vous
X-XX : oui visuel
CTL : reçu XX
09h09m57s
X-XX : il était plutôt dans mes 9 heures
CTL : dans vos 9h, reçu. La proximité du plot rend difficile l’orientation par rapport à votre position mais il était devant… sur votre trajectoire
*indicatif complet de l’appareil
**deux dernières lettres de l'indicatif de l’appareil

Témoignage du pilote du Pilatus
Je suis le pilote du Pilatus PC B2H4 de la réole, après avoir décollé de la réole et passant 4500 FT en montée autorisé vers le FL 135 par aquitaine approche 129.875 avec 7070 au transpondeur mode C, j'ai du effectuer une procédure d'évitement avec un DR400 que je n'ai pu voir que tardivement à cause du long capot du pilatus et de mon assiette de montée, et c'est après avoir effectué cette procédure qu'aquitaine approche m'a fait une info de trafic. Il est assez incompréhensible de la part de votre pilote que malgrès l'information d'aquitaine, Zone de parachutage la réole active et annonce pilatus 400 FT bas et 0.5 nautique il n'ait pas dévié sa route pour éviter la zone de parachutage de la réole ainsi que la trajectoire du pilatus qui lui a été annoncé par aquitaine et cela pour des raisons de sécurité évidentes.

Synthèse des événements :
Le pilote du DR400 souhaite transiter à la verticale du terrain de la Réole lors d'une navigation. Il est en contact avec l'information de vol d'Aquitaine et évolue en espace aérien non contrôlé de classe Golf. Le contrôleur indique au pilote du DR400 qu'il y a une activité de largage para à la Réole et que le Pilatus largueur para est au départ du terrain. Le pilote demande alors au SIV s'il doit éviter la zone par le sud ou le nord. Le contrôleur répond que le largage des parachutes n'interviendra qu'après que le DR400 soit passé dans la zone mais que celui-ci va croiser le Pilatus largueur d'ici 2 à 3 minutes.
Le Pilatus qui est au départ est en contact avec Aquitaine approche.
Plusieurs informations trafic sont fournies au DR400 pendant la convergence des deux avions.
La séparation minimale estimée par la trace radar est de 100m et 200ft, les deux pilotes indiques avoir effectué une manœuvre d'évitement.
Le pilote du Pilatus indique que le nez de son appareil empêche une bonne visibilité vers l'avant lors des phases de montée.

Analyse :
L'événement se déroule en espace aérien de classe Golf non contrôlé. Les règles "voir et éviter" détaillées dans les SERA et RCA sont à appliquer. Dès lors le service d'informations fournis par l'ATCO n'est ni garanti, ni obligatoire (RCA 4.2.2). Les deux pilotes sont responsables de la prévention des abordages (SERA.3205). Aux abords d'un aérodrome (SERA.3225) : "Un aéronef évoluant sur un aérodrome ou aux abords d’un aérodrome :
a) surveille la circulation d’aérodrome afin d’éviter les collisions ;
b) s’intègre dans les circuits de circulation des autres aéronefs encours d’évolution ou s’en tient à l’écart"
Sans contact visuel avec les autres aéronefs dans la circulation d’aérodrome, il est donc important de se tenir à l’écart de celui-ci. Un avion largueur possède un taux de montée important qui peut fausser sa position dans le schéma mental d’un autre pilote. De plus il possède une visibilité réduite par son assiette importante de montée.
Le danger du risque de collision avec des parachutistes en descente est bien connu des pilotes mais celui de l’avion largueur de parachutes qu’il soit en monté ou en descente l’est moins, pour autant le risque d’abordage est bien réel.
Activités de largage para, voltige, vol planeur augmentent les menaces d’abordages à la verticale et celle-ci doit être donc être évitée au maximum.

Conclusions :
Le rapprochement des deux aéronefs avec un risque de collision sur des trajectoires convergentes est dû à la décision du pilote du DR400 de transiter par la verticale du terrain alors que l'avion largueur était en montée.
L'information que le largage para n'interviendrait pas pendant le transit a pu masquer le risque d'abordage avec l'avion largueur.

Catégorie d’occurrence : Collision/Quasi-collision en vol
Compétences AESA : KNO, APK, SAW

Actions correctives : Debriefing du pilote à l'aide des données radar et du REX par le responsable pédagogique.

Actions préventives : Vérifier dans les publications club si une tendance existe. Si oui faire une communication affiche + newsletter.