Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration JSEOFAQDC4

PTE, Approche non stabilisée, sortie longitudinale de piste

Dates

Date de déclaration : 20/12/2020
Dernière modification : 24/12/2020
Date de clôture : 24/12/2020

Descriptif de l'évènement

Sortie de piste, dans l'axe de la piste, sur une distance de 1 à 2 mètres, après un atterrissage par encadrement en piste 22.
Je souhaitais réaliser un encadrement en piste 22 car je n'avais pas fait d'encadrement dans ce sens depuis longtemps. Il est un peu plus compliqué qu'en piste 04 du fait du relief. Après avoir viré dans l'axe de piste j'ai parfaitement vu que j'étais haut et que j'allais poser long mais que je pouvais néanmoins m’arrêter sur la piste. Je n'ai pas jugé qu'il était absolument nécessaire de remettre les gaz. Au roulage j'ai préféré ne pas dégager sur le taxiway à droite car la vitesse était trop rapide et j'ai préféré continuer à rouler quitte à dépasser légèrement le seuil de piste car cela ne présentait aucun danger, ni pour moi-même ni pour l'avion. Je me suis souvenu d'une recommandation donnée par de mon instructeur voici plus de 25 ans : Dans le contexte de cette piste, il vaut mieux dépasser le seuil de quelques mètres plutôt que de risquer un virage à 90° à vitesse trop importante.
Néanmoins, mon appréciation sur la distance de roulage était erronée et il aurait été préférable de remettre les gaz...D'où nécessité de refaire cet exercice de façon correcte.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : Très bonne visi - vent de sud
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : A l'atterrissage
Type de vol : Solo pilote
Type d'évènement : Sortie de piste
Type d’aéronef : PA 28
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Au retour d’un vol local, le pilote réalise une première approche en piste 22 à Oyonnax. Les conditions météorologiques sont bonnes, avec une visibilité horizontale largement supérieure à 10km, un plafond morcelé à 5500ft, et un vent établi du sud-ouest oscillant entre 7 et 12 noeuds.

La première approche se solde par une remise de gaz, l’appareil occupant la piste ayant retardé son décollage.

Le pilote entreprend de réaliser une PTE. Celle-ci est suivie d’une finale haute sur le plan.

L’appareil atterrit long, et sort longitudinalement de la piste sur une distance faible. Cette portion de dégagement étant plate et en bon état, le pilote parvient, après immobilisation, à ramener l’appareil sur la bande bitumée en faisant demi-tour.

Cet incident intervient à la suite d’une nouvelle période de confinement.

Le pilote ne dispose que peu d’expérience récente (premier vol en trois mois, 6.20 heures sur l’année).

Il est donc probable que le manque d’expérience récente soit un facteur de causalité direct dans la survenue de cet événement, conduisant à une appréciation erronée de la trajectoire et de l’énergie de l’appareil, conduisant à une estimation optimiste de la distance nécessaire à son arrêt.

Un freinage tardif, et/ou insuffisant ont pu contribuer à l’évènement.

Cet incident rappelle l’importance capitale de 3 éléments fondamentaux, aussi bien opérationnels qu’humains:

- l’expérience récente est une variable capitale en sécurité des vols. Les longues périodes d’inactivité sont propices à la surcharge intellectuelle du pilote, les actions autrefois automatiques demandant ‘lus de concentration. Elles favorisent également la prise de risque.

- les approches stabilisées sont la clé de voute d’un atterrissage sur. Ainsi, toute finale conduite sur un plan excessivement fort, associée ou non à des vitesses d’approche importantes, vont conduire à un atterrissage long. L’environnement de l’aérodrome d’Oyonnax est particulièrement propice à la survenue d’un tel évènement, notamment en piste 22.
Ainsi, il convient à chaque pilote de définir des « minimas de stabilisation » qui correspondent à leur expérience. De façon absolue, lors de la courte finale au plus tard, les paramètres suivants doivent être acquis: vitesse d’approche stabilisée, plan de 3°, dans le prolongement d’axe de piste.

- le toucher doit se faire dans une plage définie. Communément, il est recommandé que l’atterrissage soit réalisé dans le premier tiers de la piste.

Les deux derniers concepts serviront aux pilotes de « jauge universelle », critère qui leur permettra de garantir la sécurité de l’atterrissage. Si c’est paramètres ne sont pas acquis, une remise de gaz sera alors nécessaire.

Actions correctives :

Recommendation au pilote concerné d’effectuer un vol avec FI, dans le cadre de sa prorogation bi-annuelle, afin de rétablir la confiance du pilote et de couvrir les sujets susmentionnés.

Actions préventives :

Rappel à tous les pilotes des concepts suivants: zone de toucher, approche stabilisée, risques associés au manque d’expérience récente.
Mise en place d’une interdiction informatique dans le système de réservation des vols empêchant toute prise de créneau en cas d’inactivité > 3 mois (cette règle avait été mise en place au premier déconfinement via à un mail aux membres de l’association).