Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration D08OQWXJ8Y

Arrivée verticale terrain sans voir un avion en vent arrière

Dates

Date de déclaration : 23/11/2021
Dernière modification : 23/11/2021
Date de clôture : 23/11/2021

Descriptif de l'évènement

Arrivée sur Tarare (LFHV) par l'est depuis LFxx, je sélectionne la fréquence et je m'annonce à 2 minutes. A ce moment là j'entends un avion s'annonçant en vent arrière. Je me mets donc à la recherche de l'avion, car je réalise que la trajectoire peut-être conflictuelle. Je ne vois pas l'avion, alors je m'applique à la tenue d'altitude, je suis à 2500ft, donc au-dessus de l'altitude de vent arrière (2100ft). en m'approchant de la verticale, j'aperçois l'avion dans mes 8 heures : nous venons de nous croiser verticalement sans nous voir.
Je réalise que nous nous sommes croisés à moins de 500ft. Importance du respect de l'altitude d'arrivée sur le terrain à une altitude au moins à plus de 500 ft

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Environnement
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo :
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En approche
Type de vol : Local
Type d'évènement : Risque d'abordage
Type d’aéronef : PA28 ARCHER II
Equipement : Instrumentation "Full Glass Cockpit"

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Excellent réflexe du pilote de se maintenir à une altitude supérieure à l'altitude du Tour de Piste tant que l'avion annoncé en vent arrière n'est pas en visuel

Actions correctives :

Actions préventives :


Les arrivées sur un AD sont généralement omnidirectionnelles et la trajectoire suivie est susceptible d'entrer en conflit avec celle du (des) circuit(s) de piste, comme c'est le cas ici. La réglementation impose juste au pilote d'un aéronef à l'arrivée de se présenter à une altitude supérieure à celle du circuit de piste le plus haut. Dans le cadre de la mise en oeuvre d'une démarche TEM, il est conseillé au pilote dont la trajectoire d'arrivée risque d'interférer avec celle du circuit de piste, de choisir une altitude lui permettant de respecter la marge verticale qui lui semblera la plus adaptée. Cette marge devra prendre en compte l'aptitude ou non de chacun à maintenir une altitude constante (erreur possible de la chaîne altimétrique, effets de la turbulence, etc.).