Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration HHJBLWP2CU

Incident survenu en vol après éloignement du terrain.

Dates

Date de déclaration : 10/02/2022
Dernière modification : 11/02/2022
Date de clôture : 11/02/2022

Descriptif de l'évènement

Nous devions faire une petite balade du côté de Saint Julien La Geneste puis retour en survolant le barrage des fades avec un ami pilote expérimenté.
Rien de particulier à signaler pour notre vol, météo OK bon plafond et bonne visibilité, un léger vent de sud, seule la R68A active, nous avions donc prévu une nav à 3500 ft max

16h00
décollage en 19 et sortie de circuit par l'ouest, je quitte la fréquence du terrain et passe avec Clermont 122.225 rapidement. Rien à signaler en ce qui concerne l'avion, tous les paramètres dans le vert, en croisière à 3500 ft

16H10
d'un seul coup de très grosses vibrations suivies rapidement d'une très forte odeur de brûlé. Après une analyse rapide, j'ai compris que nous étions sérieusement en panne et fait directement demi-tour direction Vichy, selon SDVFR à 10 minutes de vol. J'ai réduit l'avion au max soit 1900 tours pour maintenir mon altitude de 3500 ft à environ 85 kt, malgré un faible régime les vibrations persistaient
Nous avons pris un petit moment pour chercher avec mon passager ce qui nous arrive, avons pensé à un problème sur une bougie, un injecteur, un cylindre....mais ne savions pas expliquer cette odeur de brûlé !
Voyant que j'arrive à maintenir mon altitude et que tous les instruments restaient dans le vert, je décide de tenter d'arriver jusqu'à Vichy !
j'ai changé de réservoir avec peu d'espoir mais il fallait le tenter
J'ai contacté Clermont pour signaler notre problème et que nous avions fait demi-tour pour regagner Vichy
Au bout d'un moment l'odeur de plastique brûlé était vraiment très forte, j'ai eu peur que l'avion soit en feu et me suis posé la question de me poser dans un champ...
Pas de flammes, pas de fumées, j'ai continué, nous avons entrouvert la verrière mais c'était pire ...j'ai donc continué de voler ainsi surveillant en permanence mes instruments et cherchant les plus grands champs
Approchant Vichy, Clermont m'a dit avoir informé les pompiers et l'AFIS et que nous étions prioritaire, j'ai quitté Clermont et suis passé sur Vichy
J'ai demandé une directe, en 01 malgré les 5 kt de vent de sud, l'AFIS m'ayant confirmé que nous étions seul
J'ai fait une approche très haute pour pouvoir gagner la piste en cas d'arrêt du moteur et avons même évité de survoler les habitations.
Connaissant la longueur de la piste je me suis posé loin du seuil à environ 16h20
Ras au niveau du posé, avons ouvert la verrière, détachée nos ceintures, ne voyant ni feu ni fumés j'ai roulé jusqu'au club

Après avoir pris le temps de respirer j'ai appelé l'AFIS pour m'assurer que Clermont avait été prévenu et que tout c'était bien terminé
Je peux dire que je suis bien content d'avoir pris la décision de rejoindre l'aérodrome de Vichy plutôt que d'avoir tenté un atterrissage dans un champ puisque je sais qu'il n'y avait finalement pas de feu...mais sur ce sujet mon retour d'expérience est de dire que finalement on ne sait pas.... On ne sait pas quelle est la panne, On ne sait pas s'il y feu ou non, depuis le cockpit on ne voit rien.

Je pense que dans la préparation de mes prochaines navigations, je vais prendre le temps de repérer les aérodromes sur ma route, quand ce genre de situation arrive il y a tellement de choses à gérer.

Ma petite expérience m'a aidée, mais aussi ma formation récente, beaucoup de choses vues en formation me sont revenues automatiquement, comme un reflex

Je dois aussi dire que, quelque part, cela m'est arrivé dans les meilleures conditions...pas de passagers qui auraient pu paniquer et générer une charge supplémentaire de stresse et de travail, un seul copilote, expérimenté, qui a su m'accompagner tout en me laissant gérer, qui m'a assisté, aidé sans prendre ma place

On peut aussi dire que, aussi bien de la part du contrôle de Clermont que de l'AFIS de Vichy j'ai été particulièrement bien accompagné.

Enfin, je suis bien content d'avoir eu SDVFR avec moi, je n'ai pas perdu une minute pour trouver le chemin du retour, cela a considérablement aidé à un retour rapide.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Non défini
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En route
Type de vol : Local
Type d'évènement : Hélice
Type d’aéronef : DR 400/180
Equipement : Instrumentation mixte (aiguille + GPS par exemple)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Incident survenu après éloignement de tout terrain sans pouvoir en déterminer l'origine.
Le pilote Cdt de bord (jeune breveté, accompagné d'un pilote chevronné en place droite) a contacté rapidement le contrôle aérien pour l'informer de la situation, a réduit sa vitesse afin de diminuer les vibrations.
En rejoignant le terrain le plus proche, l'équipage recherchait constamment un terrain propice à un atterrissage d'urgence tout en gardant son calme.

Actions correctives : Remplacement de la flasque en aluminium par une flasque en carbone ainsi que le cône d'hélice.

Actions préventives : Rappel à l'ensemble des pilotes de ne pas déplacer les avions en les poussant par le cône d'hélice.