Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration C4OYRADPKI

Train avant plié suite atterrissage dur

Dates

Date de déclaration : 24/02/2022
Dernière modification : 25/02/2022
Date de clôture : 25/02/2022

Descriptif de l'évènement

Tour de piste 25L à Toussus. La méteo est CAVOK. il est 15h40 et le soleil est assez bas en ce mois de novembre et parfaitement dans l'axe de la 25. Finale bien stabilisée. Vent légèrement travers. Ebloui par le soleil et légèrement en perte de références visuelles, j'effectue un arrondi trop haut. L'avion rebondit. Surpris j'hésite une demi seconde entre remise de gaz et atterrissage. J'opte pour la seconde solution en tentant de tenir l'avion. Toujours le soleil plein axe. L'avion tape. Les rivets du train avant lâchent et l'avion termine sur le côté. L'hélice ne touche pas.
Tout est allé très vite. Sans doute ai-je mis ma main au moment de l'arrondi pour me protéger du soleil. Une casquette aurait sans doute évité l'éblouissement. Et des lunettes de meilleure qualité. Par ailleurs, j'aurai sans doute dû remettre les gaz après le rebond.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Matériel
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : 22009KT CAVOK 13/07 Q1016
Environnement : Contrôlé (Classe A, B, C, D, E)
Phase de l'évènement : A l'atterrissage
Type de vol : Solo pilote
Type d'évènement : Atterrissage dur
Type d’aéronef : C 182
Equipement : Instrumentation mixte (aiguille + GPS par exemple)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Que l’on décide de faire un vol local, des tours de piste ou que l’on rentre d’une navigation, voler au moment du coucher du soleil ne devrait pas s’improviser. Les risques de voler face au soleil sont loin d’être négligeables. La menace de l’éblouissement, voire de l’aveuglement peut avoir de fâcheuses conséquences; Visibilité réduite ne permettant plus d'assurer un anti abordage efficace, trajectoires imprécises, virage engagé, décrochage etc. Cette menace devrait être abordée lors de la préparation du vol (analyse TEM) afin d’évoquer les différentes stratégies pour atténuer ce risque puis rappeler lors des différents briefings qui jalonnent celui-ci.

La lumière directe du soleil altère la performance visuelle. En fonction de l’intensité et de la soudaineté des rayons lumineux atteignant l’oeil, l’éblouissement peut être inconfortable et créer une gène ou devenir aveuglant et entrainer une réduction très importante de l’acuité visuelle pendant plusieurs secondes.
Dans le cas de l’inconfort, avoir un pare-brise propre est élémentaire. Le port de lunettes de soleil adaptées ou un pare-soleil peut réduire la gène occasionnée mais assombrir l’environnement proche en cas de contraste trop élevé et entrainer des difficultés à lire les instruments. L’anti abordage peut être plus difficile à organiser.
Dans le cas de l’aveuglement, l’observateur n’est plus capable de discerner les détails des objets ou des personnes situés dans son champ de vision. Ce qui se produit généralement lorsque les rayons du soleil frappent l’oeil soudainement alors que celui-ci est adapté à la “pénombre” (utilisation du pare-soleil). La lecture des instruments devient impossible. Il faudra plusieurs secondes à une personne pour récupérer une vision normale.

Cet aveuglement même très momentané est une menace à ne pas négliger. C’est le cas lors de la prise d’assiette au décollage ou en remise de gaz ou sur un rebond lors de l’atterrissage par exemple. Lors de ces instants critiques, la perte de repères visuels dû à l’aveuglement plus ou moins intense peut engendrer des incidents graves, voire des accidents. On peut citer, l’atterrissage hors piste, la sortie de piste, l’atterrissage dur, le décrochage à basse hauteur etc.

L'intensité de l'éblouissement solaire dépend de la position du soleil et de la réflectivité des surfaces par rapport au champ de vision. Il est à son maximum lorsque le soleil est bas sur l'horizon et son azimut proche du QFU considéré.

Si l’éblouissement est très gênant, on peut évoqué la possibilité de changer de piste et atterrir dos au soleil (attention à la composante de vent arrière) ou encore si le carburant est suffisant, de se dérouter sur un terrain mieux orienté (attention, la nuit aéronautique n’est plus très loin) ou d’attendre le coucher du soleil et se poser avant la nuit aéronautique.

Actions correctives : Briefing court avec le pilote. Vol en condition soleil couchant.

Actions préventives : Le sujet de l'éblouissement solaire lors des opérations de décollage, d'atterrissage et de navigation fera l'objet d'une information au sein de l'Aéroclub. L'article très complet de Michel BARRY, Soleil, Ombre, Eblouissement paru dans Info-Pilote N°678 de septembre 2012 est disponible dans l'agora du club.