Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration HQUWDIKN43

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 12/10/2017
Dernière modification : 20/11/2017
Date de clôture : 13/10/2017

Descriptif de l'évènement

REX établi par le CPSV:
Surchauffe de freins suite à essais d'accélération arrêt.
Un pilote a procédé à deux accélération arrêt de suite sur un SR 20 à la MTOW avec deux PAX à bord.
Une surchauffe des freins a eu lieu et l'alarme "Brake Temp" (seuil à 293 °F) a été activée.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo :
Environnement : Autre
Phase de l'évènement : Au roulage
Type de vol : Autres
Type d'évènement : Autre type de problème
Type d’aéronef : SR-20 Cirrus
Equipement : Instrumentation "Full Glass Cockpit"

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Synthèse du CPSV:
Le pilote (environ 350 hdv) a procédé à deux essais consécutifs d'accélération arrêts à la MTOW avec 2 PAX à bord.
En conduisant ce type d'essai pour lequel il n'est ni qualifié, ni autorisé et dans un environnement non préparé ( contrairement à des essais constructeur / certification) le pilote n'avait visiblement pas conscience du risque qu'il prenait et faisait aussi encourir à ses 2 PAX.
Il est rappelé que des essais (à ne pas confondre avec un vol de contrôle dans le cadre d'une APRS) ne peuvent être conduits que par des pilotes d'essais dans le cadre de mise au point constructeur ou de certification.
L'action délibérée du pilote consistant à réaliser un deuxième essai n'a pas laissé aux freins, ayant absorbé l'énergie du 1er freinage à la MTOW, de refroidir.
A titre de rappel, ne pas oublier que si l'on a procédé à une accélération arrêt (problème de portière ouverte par exemple), il convient, avant de redécoller, de laisser le temps aux freins de refroidir, afin de disposer d'un freinage optimal (non dégradé par la température) au cas ou une autre accélération arrêt serait nécessaire.

Aspect facteur humain:
le pilote a été probablement victime d'un sentiment d'invulnérabilité ( les hdv correspondent) le conduisant à engager des actions hasardeuses dont il ne maitrisait pas les conséquences éventuelles.

Actions correctives :
- Intervention mécanique sur l'avion.
- Tenue d'une Commission de Concertation et de Sécurité.

Actions préventive:
-Rédaction par l'équipe pédagogique d'un mémo relatif aux aspects pannes avant décollage et performances par l'équipe pédagogique (nota ce mémo est publié sur le site de l'aéroclub)

Parmi les conséquences indésirables d'une accélération-arrêt figure le fait qu'elle est susceptible d'entraîner une surchauffe des joints toriques du piston du bloc compas des freins, ce qui peut mener à une fuite du liquide hydraulique de freinage avec pour conséquence une perte partielle ou totale de freinage susceptible d'entraîner une perte de contrôle directionnel ou un feu au niveau des freins. Il est donc indispensable pour le pilote avant de conduire tout nouveau décollage, non seulement d'attendre que le refroidissement du système de freinage soit suffisant mais également de mener une inspection visuelle permettant de s'assurer qu'aucune fuite n'est apparue.