Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration CHXD973YMT

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 23/11/2017
Dernière modification : 26/11/2017
Date de clôture : 26/11/2017

Descriptif de l'évènement

J’ai récemment réservé un C172 pour une virée dans les Pyrénées, Saint Gaudens, au départ d'Aix les Milles : 2h00 de vol, sans vent.
J’aurai pu décoller avec le plein complet (j’atteignais tout juste la masse max).
J’ai cependant préféré ne faire le plein qu'aux languettes (17.5 US Gal soit une grosse heure 30 par aile environ) pour garder un avion plus réactif parce que je décollais ce jour là avec un mistral fort.
Le vent et quelques petits détours à l'arrivée dans les Pyrénées pour trouver une trouée dans les nuages m’ont fait faire presque 2h30 de vol ce jour-là. Impossible de refaire de l’essence sur le terrain parce que le club de Saint Gaudens n’a jamais ouvert.
Pas trop grave, je cherche un terrain avec un automate à 30mn, ayant 1h d'essence restant dans les réservoirs (par pure déduction de ce que j'avais estimé au départ et du temps de vol effectué) : Auch.
J’appelle avant de décoller pour m’assurer de son fonctionnement : l’automate tombe en panne pendant mes 30 minutes de vol jusqu'à Auch !
Il me reste donc 30mn dans les réservoirs à l'atterrissage, sachant que :
- Quand j’ai fait les purges à Saint Gaudens, certaines étaient sèches (confirmant le peu d'essence qu'il restait)..
- J’ai fait presque tout le vol vers Auch sur le gauche avec le voyant low fuel à droite.
Dans ma tête, la messe était dite, je ne repartirais de Auch qu’avec de l’essence dans mes réservoirs, même s’il fallait que j’y passe la nuit.
Ce qui m’a le plus étonné dans cette histoire, et c’est ce qui m'a poussé à écrire ce texte, c’est le nombre de personnes qui sont venues m’expliquer sur quel terrain je pouvais me rendre pour refaire le plein, mettre de l’essence de voiture, que sais-je : Une personne hésitante aurait trouvé dans toutes ces attentions l’énergie suffisante pour remonter dans l’avion et partir chercher l’essence ailleurs !
Il faut choisir entre transporter de l’essence ou de l’angoisse" disait un de mes instructeurs: voler 30mn avec un voyant allumé, même en étant sûr d’avoir 1h d’autonomie était déjà pesant (j’ai suivi ma navigation cm par cm, je pouvais vous donner le nom de tous les villages sur ma route, et j’ai fait une navigation bien en ligne droite à 65%).
Finalement, un ancien, du terrain d'Auch, m’a proposé de m’emmener en voiture chercher 60L, qui, une fois transférés dans un seul de mes 2 réservoirs m’a permis de repartir faire de l’essence plus loin sur ma route.
Ce que je retiens de cette anecdote :
- Il ne faut pas se laisser influencer par des personnes extérieures, ni même par ses propres passagers qui sans le faire intentionnellement, pourrait vous mettre dans une situation angoissante voire dangereuse (ce qui n'a pas été le cas dans cette histoire).
- Je ne volerai plus jamais sur « both » , c’est d’ailleurs ce que j’enseigne (!) pour mieux contrôler le contenu de mes réservoirs.
- Une réglette pour mesurer plus précisément le contenu des réservoirs est ce qui m’a manqué pour contrebalancer les imprécisions de mesures du départ.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Matériel
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo :
Environnement : Autre
Phase de l'évènement : Autre
Type de vol : Navigation
Type d'évènement : Autre type de problème
Type d’aéronef : C 172
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Le manque de posibilité de mesurer avec précision la quantité de carburant a bord, le choix de ne pas faire le plein complet, les aléas de la route, et l'impossibilité de faire le plein carburant à l'arrivée on mis le pilote dans une situation de choix délicat.

Actions correctives : Demande de mise a disposition d'une jauge manuelle

Actions préventives : Rappel de la réglementation NCO sur le calcul du carburant a embarquer en fonction des aléas de la route