Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration C6KOMEISBC

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 04/03/2018
Dernière modification : 12/03/2018
Date de clôture : 11/03/2018

Descriptif de l'évènement

Voici le rapport du pilote aux commandes lors de l'accident :


A l’occasion « Du jour le plus long » organisé par l’Aéroclub , je suis parti avec un copilote pour une nav AR , lui en tant que commandant de bord à l’aller et le soussigné au retour.
Au retour, lors de ma préparation de l’atterrissage main gauche sur la piste 21 , après avoir passé de l’étape de base en étape finale à 1000 pieds environ, j’ai constaté que l’air était mouvementé par un vent assez fort venant du 230 – 240 degrés.
Ceci j’ai trouvé guère surprenant car au retour de LFJY à l’Ouest, la vitesse sol était environ 20 kts. supérieure à la vitesse air. J’ai également constaté que l’avion évoluait à 80 kts. environ, sur quoi j’ai réduit la puissance et ait peu après mis les volets à 20 degrés. En raison du vent et de l’idée qu’une vitesse quelque peu supérieure à 70 kts serait préférable durant cette phase de la finale, je n’ai pas eu d’inquiétude particulière par rapport à la vitesse.
Ayant tourné relativement tôt en finale par rapport à la direction du vent, j’ai dû corriger mon axe d’approche légèrement.

Ma concentration fut focalisée sur le cisaillement de vent et le besoin de tenir l’avion dans une position stable, tout en poursuivant l’axe et le plan vers l’atterrissage.

A 100 m environ de la route passant devant le seuil de piste j’ai encore réduit la puissance de manière significative. A 50 m de la route, j’ai complétement réduit, pendant que je continuais mes efforts pour tenir l’avion stable.

Après l’arrondi j’ai laissé l’avion descendre doucement en continuant de stabiliser avec les ailerons. J’ai poussé le palonnier droit pour mettre l’avion droit par rapport à l’axe de la piste.
Mais une fois près du sol il semblait descendre moins pendant 1 ou 2 secondes. Puis j’ai entendu l’alarme de décrochage.
Jusque-là tout paraissait se dérouler normalement, sauf qu’on était bien avancé déjà en termes de longueur de piste.
Le copilote m’a suggéré de faire une remise de gaz mais cela me semblait trop tardif car juste après l’avion décrocha. Le toucher au sol fut dur et l’avion rebondit 2 ou 3 fois (difficile de dire le nombre exacte), avec chaque fois ou presque un impact violent alternant sur le train principal et sur la roulette du nez. Durant cette perte de contrôle le copilote a essayé d’intervenir.
L’avion s’est finalement arrêté sur la bande sableuse à gauche de la piste. Le copilote a tout de suite arrêté le moteur et m’a proposé de quitter l’avion, ce que j’ai fait.

Nous en sommes sortis sains et saufs, le soussigné dans un état de choc toutefois.
En tant que Fi et observateur : Approche non stabilisée et vitesse trop importante, au 1er rebond et pas de remise de gaz, ont conduit à un posé dur avec plusieurs redonds, avion partiellement abîmé, train avant, cloison, train principal et partie arrière de l'avion touchée.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Non défini
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo :
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : A l'atterrissage
Type de vol : Navigation
Type d'évènement : Non défini
Type d’aéronef : C 172
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement



Actions correctives :

Actions préventives :