Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration EP1JWCM6RG

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 08/10/2018
Dernière modification : 13/10/2018
Date de clôture : 13/10/2018

Descriptif de l'évènement

Depuis plus de trois semaines, j’avais programmé un vol touristique pour une journée à BISCARROSSE avec ma compagne et deux amies avec SURVOL du bassin d’Arachon, déjeuner au restaurant et promenade autour de l'étang.
J’ai validé ma sortie vendredi matin après m’être assuré d’une très bonne prévision météo.
Je me suis rendu au club pour nettoyer l’avion et vérifier les pleins vendredi en fin d’après-midi.
J’ai établi mon plan de vol (non déposé) et pris les contacts téléphoniques avec la Tour de contrôle de LFBS - BISCARROSSE PARENTIS pour connaître les spécificités du jour, savoir comment sortir et pénétrer à pied sur l’aérodrome et le lieu de stationnement de l’avion pour la journée.

Samedi matin, j’ai pris connaissance et analysé les données météo, les AZBA, les NOTAMS et SUP AIP, préparé l’avion, pesé mes trois passagères pour établir le bilan Masse et Centrage.
A 10h00, j’ai décollé de LFCL - TOULOUSE LASBORDES pour 1h30 de vol avec comme difficultés prévues :
- la présence de nuages bas sur AGEN , confirmée en visuel et j’ai obtenu de voler au FL 055 au-dessus de la couche.
- une forte activité aérienne au-dessus du bassin d’Arcachon, ce que m’a confirmé AQUITAINE INFO.
Dès l’arrivée sur le bassin, j’ai été pris d’une très forte envie d’uriner. Très concentré sur l'obtention du contact visuel des avions présents sur le secteur (j’en ai croisé deux et vu trois autres) et en présence de nombreux échanges radio sur la fréquence d'AQUITAINE INFO, j’ai veillé avant tout à assurer la sécurité du vol. L’envie d’uriner devenait de plus en plus intense et provoquait des douleurs au ventre. Etant sur le Bassin d’Arcachon, j’ai pris un cap pour me diriger vers et atteindre LFBS le plus rapidement possible. Les zones D170 et LF R31 de CAZAUX étant inactives, afin de mieux repérer la piste, je suis monté à l’altitude de 1500 pieds tout en écoutant la fréquence de LFBS [en Auto-info ce jour là, les aéronefs de la circulation d'aérodrome mentionnaient qu'ils utilisaient la piste 09] afin de m’intégrer directement en vent arrière [située au sud du terrain et en partie sur l'étang de Biscarrosse et de Parentis] sans passer par la verticale de la piste.
Lors de mon trajet vers LFBS, j’ai aperçu une piste près d'un lac, je me suis donc positionné en vent arrière, tout en indiquant à la radio mes positions successives et me suis présenté en finale et commencé à ne plus pouvoir contrôler ma vessie. En courte finale, ayant perdu quelques gouttes, j’ai été étonné de ne pas voir les marques 09 mais 06 : tout en "serrant les dents" pour ne pas m’uriner dessus, la piste étant dégagée, soucieux de notre sécurité, j’ai atterri normalement. J’ai continué à perdre quelques gouttes. Au sol, j’ai roulé jusqu’à libérer la piste sans danger et j’ai vite arrêté le moteur, coupé les contacts et fait mes besoins dans l’herbe.
C’est à cet instant que je me suis rendu compte que j’avais atterri sur l'aérodrome militaire de LFBC - CAZAUX : je suis alors remonté dans l’avion pour décoller et rejoindre LFBS.
A 15h00, alors que nous venions juste de finir de déjeuner et que nous allions nous promener autour de l'étang, j’ai reçu un appel sur mon téléphone portable de la gendarmerie de la Base Aérienne me demandant si j’étais bien le pilote de l’avion qui avait atterri à CAZAUX et de me rendre près de mon avion.
Je me suis rendu immédiatement à l’aérodrome de BISCARROSSE PARENTIS où un véhicule de la gendarmerie m’attendait pour m’emmener à la gendarmerie de Biscarrosse pour y être entendu.
J’ai relaté les circonstances de l'événement, comme ci-dessus, montré tous les papiers me concernant qui étaient en règle.
L'envie pressante et oppressante d'uriner m'a placé en situation de devoir atterrir en urgence pour me libérer tout en assurant la sécurité du vol. Ayant toutes les informations pour voler "au plus court", j'ai confondu les deux pistes dont la configuration est similaire (près d'un Lac). Compte tenu de l'urgence et des informations reçues en auto information par des avions qui atterrissaient à LFBS, j'ai volontairement choisi de m'intégrer directement en vent arrière et je me suis aperçu de mon erreur en courte finale.
Malgré toutes les précautions prises avant le départ, les leçons que je peux en tirer sont les suivantes :
- dès le début des symptômes, choisir de rejoindre l'aérodrome de dégagement le plus proche et signaler à la radio être en situation d'urgence pour avoir la priorité d'atterrissage.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En approche finale
Type de vol : Autres
Type d'évènement : Egarement
Type d’aéronef : DR400
Equipement : Instrumentation mixte (aiguille + GPS par exemple)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Lors de l'entretien avec le Correspondant Prévention Sécurité de son aéro-club, le pilote a déclaré avoir considéré :
- qu'il n'avait pas d'autre solution que celle de poursuivre jusqu'à l'atterrissage lorsqu'il s'est aperçu qu'il était en courte finale sur une piste 06 au lieu d'une piste 09 ;
- que la forte activité sur LFCH - ARCACHON LA TESTE DE BUCH et LFCD - ANDERNOS LES BAINS ne lui aurait pas permis d'atterrir rapidement.
Il a précisé en outre :
- être passé aux toilettes juste avant de monter dans l’avion ;
- avoir évité de boire après 8h du matin et dans l’avion pour éviter une telle chose ;
- ne pas avoir de problème de prostate ou d'infection urinaire.

Actions correctives : néant

Actions préventives :
Rappel au pilote :
- de l'intérêt qu'il y a :
° d'identifier sur le trajet prévu ou à proximité un ou plusieurs aérodromes «alternatifs» utilisables et atteignables en cas de nécessité (cf. exigences NCO) ;
° de consulter, lors de la préparation du vol, les fiches ICARUS des aérodromes fréquentés ou côtoyés lors d'un voyage, fiches qui fournissent des informations complémentaires relatives à l'utilisation de l'aérodrome en sécurité. En particulier la fiche de LFCH mentionne la possibilité de confusion entre la piste de LFCH et celle de LFBC - CAZAUX ;
- que se trouver dans l'obligation d'atterrir rapidement pour satisfaire un besoin physiologique pressant est assimilable à une SITUATION D'URGENCE qu’il convient de signaler sur la fréquence appropriée (début de message : PAN-PAN, PAN-PAN, PAN-PAN) afin, le cas échéant, d’obtenir une priorité à l’atterrissage de la part de l’ATC si l’aérodrome est contrôlé ou des aéronefs de la circulation d’aérodrome ;
- de l’intérêt qu'il y aurait d'avoir à bord une solution lui permettant d'uriner, sans altérer son pilotage et la sécurité du vol [des références de dispositifs adaptés et utilisés couramment par les vélivoles lui ont été fournies].