Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration D75GAZSZSB

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 18/10/2018
Dernière modification : 21/10/2018
Date de clôture : 21/10/2018

Descriptif de l'évènement

Au cours d'un vol d'instruction en DR400, une infraction est relevée pour pénétration dans une zone interdite.
Le vol prévu passe par le VOR LTP, un survol de l'aéroport de Lyon Saint Exupéry via le point EA, un toucher sur l'aéroport de Lyon Bron, une sortie par le point SA, une verticale de l'aérodrome de Saint Chamond, un toucher sur l'aéroport de St Etienne Bouthéon, puis une sortie par une verticale Saint Chamond, suivie d'un toucher sur l'aéroport de Grenoble Isère, puis retour à l'aérodrome de départ.
La durée du vol prévue est de 2h06, le carburant emporté correspond au plein moins 50 minutes de vol (soit plus de 3 heures d'autonomie restantes).
La météo est CAVOK sur tout le trajet, avec un vent prévu du secteur nord (020 à 040) pour 4 à 7 noeuds.
Le vol se passe sans encombre et dure 2h01.

Au retour, le contrôle avise l'équipage qu'une infraction aux règles de l'air a été relevée.
La GTA nous informe par la suite que nous avons pénétré la zone interdite de la centrale nucléaire de Saint Alban.

Le briefing effectué avec l'élève avant le vol montre un log de nav complet, correct et précis.
Les cartes VAC à jour et les derniers TAF et METAR ont été imprimés juste avant le départ.
La météo est CAVOK sur tout le trajet.
L'élève et l'instructeur disposent à bord des cartes IGN/OACI, SIA "Lyon-Vallée du Rhone" et 1/1.000.000e à jour (édition avril 2018).
Tous les documents réglementaires de l'avion sont vérifiés et à bord.
L'avion n'est pas équipé d'écran sur GPS.
L'équipage ne dispose d'aucun logiciel de navigation sur tablette ou smartphone.

La route directe prévue entre la verticale de l'aérodrome de Saint Chamond et l'aéroport de Grenoble Isère, préalablement tracée sur la carte par l'élève, passe juste au nord de la zone interdite en question.
L'élève effectue ce jour-là sa première "longue" navigation sans escale, les précédentes navigations n'ayant jamais duré plus de 1h30.

Compte tenu de différents éléments, le contournement de la zone interdite n'a pas été respecté.

A bord de l'avion :

- élève : étudiant, 21 ans, 34 heures de vol totales, dont 13 heures de vol dans les 12 derniers mois, dont 8 heures dans les 3 mois, dont 3 heures dans les 30 jours

- instructeur : 67 ans, retraité, pilote privé depuis 1986 (32 ans), instructeur avion bénévole depuis 1990 (28 ans), instructeur voltige depuis 18 ans, 3800 heures de vol totales, dont 2500 (?) en instruction, 700 heures de voltige, et 225 heures de vol dans les 12 derniers mois, dont 63 heures dans les 3 mois, dont 22 heures dans les 30 jours, et 0 infraction, 0 accident et 1 incident mécanique au roulage au sol (jambe de train cassée, 1996 ?) relevés en 32 ans
Causes probables selon l'instructeur :
- manque de vigilance de l'instructeur,
- confiance excessive de ce dernier envers l'élève
- non respect par l'élève de la trajectoire prévue
- mauvaise identification visuelle des repères au sol sol par l'élève, qui confirme verbalement une position (erronée) au passage de la zone interdite
- mauvaise évaluation de la distance de l'avion par rapport à la centrale, toujours visible
- dérive de la trajectoire en raison du vent de secteur nord

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En route
Type de vol : Instruction double commande
Type d'évènement : Infraction RCA
Type d’aéronef : DR 400/120
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


La préparation d'un vol de navigation en instruction doit être faite en identifiant avec l’élève les menaces sur chaque tronçon.
Une fois qu'elles sont identifiées il faut établir un plan d'action pour trouver des parades contre ces menaces.
Il semblerai que l'instructeur n'ai pas mis l'accent sur ces menaces et l’élève du coup ne les avait pas vraiment intégrées et surtout il n'y avait pas de mesures prises pour parer à ces menaces.
Par ailleurs la vigilance de l’instructeur en vol n'a pas été suffisante pour éviter la pénétration de ZIT.

Actions correctives :

Une réunion entre instructeur est prévue pour insister sur le TEM.Le briefing avant la navigation avec l’élève doit être plus soigné pour mettre en évidence les menaces potentielles durant le vol ainsi que la mise en place d'un plan d'action pour parer à ces menaces.