Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration D9OUMCB13U

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 22/08/2019
Dernière modification : 25/08/2019
Date de clôture : 25/08/2019

Descriptif de l'évènement

Au départ, un vol local était prévu mais en raison de l’absence d’un passager avec qui on devait faire un survol du Vercors, je décide d’aller faire quelques touchés sur le terrain de MONTELIMAR(LFLQ) sans tracer la route sur la carte étant en quelque sorte une navigation locale.
Décollage de mon Aeroclub à 7h00.
Météo parfaite (CAVOK)
Je décolle et prend un cap d’environ 200 pour rejoindre le terrain de MONTELIMAR et la météo étant parfaite, pas de trafic je vole essentiellement à vue sans me préoccuper vraiment du cap à tenir.
A 7h20 et à l’approche du terrain de MONTELIMAR je me concentre sur la préparation de l’intégration, et là est mon erreur,puisque le faisant en quelques sorte au feeling j’en néglige la zone P12 (centrale de CRUAS) et sans m’en rendre compte pénètre légèrement sur la pointe ouest à une altitude de 3100 pieds alors que l’on ne doit être en-dessous des 3600 autorisé.
Je ne me rend bien sûr pas compte de mon erreur et réalise 4 tours de piste comme prévu et comme il se doit sur le terrain de MONTELIMAR
Puis cap retour.
Au retour et en contactant l’AFIS pour confirmation de mon intégration sur le terrain il me dit simplement de lui téléphoner quand je serai à l’aéroclub.
Avant d’aller au parking club je passe par la pompe à essence pour faire le plein pour le vol suivant.
Avant de rejoindre le parking club je tel. à la personne en charge de l’AFIS comme il me l’a demandé, et là il me dit qu’arrivé à l’aeroclub il faudra que j’attende les gendarmes suite à une pénétration dans la zone P12 de CRUAS
J’ai en effet tout juste le temps d’arriver au parking club que 4 gendarmes arrivent m’expliquant qu’ils viennent me chercher suite à la pénétration de la zone P12 en me disant qu’également les gendarmes des transports aériens sont en route pour m’entendre sur ce que je viens de faire.
Au passage ils me prennent mes papiers d’identité, ceux de l’avion qu’ils perquisitionnent au passage, mon carnet de vol, licence, certificat médical, s'assurent que je n’ai rien de suspect sur moi et fouillent le DR 400.
Ils me conduisent ensuite à la gendarmerie.
Un Gendarme des transports aériens arrive et me questionne longuement sur le pourquoi du comment j’ai pu me trouver légèrement dans la zone P12 en prenant également mon tel portable pour y regarder entre autres s’il n'y avait pas par exemple des photos suspectes.
En clair je subis un vrai interrogatoire entouré de 4 gendarmes.
Après m’avoir interrogé, recueilli mon témoignage et nourri un rapport de multiples pages, effectué la prise de mes empreintes, effectué également de multiples photos de moi, m’avoir également dans un second temps questionné sur des éléments plus personnels, ils appellent le procureur de la république pour savoir ce qu’il décide sachant qu’ils m’avaient au préalable bien précisé que j’étais entendu pour des faits pour lesquels je pouvais être passible de 6 mois d’emprisonnement et 15000 € d’amende!!!
La conclusion du procureur est que je ne fais cette fois ci que l’objet d’un simple rappel à la loi pour ce délit.... et serai poursuivi en pénal si je commet une nouvelle infraction dans les 6 ans et quelle qu’elle soit, et pourrai donc dans ce cas être poursuivi et malgré le fait qu’il n’y ai eu ni intention ni préjudice sur ce qui est, certes une erreur, mais sans aucune conséquence.
En conclusion il ne faut pas plaisanter avec cela.
C’est une expérience que je ne souhaite à personne sans parler du fait que c’est une expérience quelque peu humiliante avec un retour de vol à 8h15 et une sortie de la gendarmerie à environ 13h00 ayant au passage privé l’instructeur du club d’un vol avec un élève.
La morale de cette histoire et qu’il vaut mieux, même sur une toute petite navigation type locale tracér sa route sur la carte et suivre rigoureusement le cap en ayant au préalable bien étudié et noté les zones ultra sensibles...

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Contrôlé (Classe A, B, C, D, E)
Phase de l'évènement : En approche
Type de vol : Navigation
Type d'évènement : Procédures vol
Type d’aéronef : DR 400/120
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


L'absence de préparation de vol, dans une zone soit-disant connue car proche de l'aéroclub a conduit à cet incident grave, avec de lourdes conséquences pour le pilote.

Actions correctives :
Rexffa déposé par l'intéressé.
Entretien avec Président, Responsable Sécu, Instructeur, pour pédagogie et formation complémentaire et continuité !

Mesures prises:
Formation navigation et respect des règles de sécurité à refaire obligatoirement avec l'intéressé et l'instructeur, avant tout futur vol.
Communication à l'ensemble des membres du Club, via message Président, ainsi que par Rexffa, car tous les membres du Club sont inscrits à la lettre de diffusion.
Sujet mis à l'ordre du jour de notre prochaine réunion bureau, pour décisions complémentaires éventuelles
Actions préventives :