Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration DU7XEXT3IE

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 16/11/2019
Dernière modification : 17/11/2019
Date de clôture : 17/11/2019

Descriptif de l'évènement

Panne de PCL au retour d’un vol d’entraînement de nuit
La météo est excellente : CAVOK avec brume prévue à partir de 2h00 UTC.
Pleins effectués, tout l’éclairage avion et personnel contrôlé, plan de vol passé, vitres propres, AFIS prévenu conformément au NOTAM qui demande un préavis pour activer le PCL, je vois avant de partir l’agent AFIS qui finit son service et me confirme que le balisage est OK.
Je décolle comme à mon habitude 5 minutes avant la nuit aéronautique sans allumer la piste pour profiter des derniers rayons du soleil en altitude avant de trouver la nuit noire.
Le SIV déclenche mon plan de vol et je fais route vers mon terrain de destination en profitant pleinement de l’air calme et des villes éclairées.
J’effectue sans problèmes deux tours de piste après avoir déclenché le PCL. A l’issue, je recontacte le SIV et reviens vers mon terrain de départ.
A quelques minutes de la verticale, je donne 3 coups d’alternat. Rien. Je contrôle ma fréquence, recommence : rien. J’essaie sur le manche de mon passager : rien. Après 2 360° verticale terrain, je rappelle le SIV pour retourner vers l’aérodrome sur lequel j’avais effectué mon entraînement et qui était d’ailleurs mon dégagement.
J’arrive au grand parking totalement désert devant la TWR et entouré de grands grillages avec des portes fermées à clé. Il est 19h UTC. J’essaie de joindre un ami pilote pour avoir le N° de l’agent AFIS. Il me le donne mais je n’ai que le répondeur.
J’appelle alors la FFA pour me faire rapatrier mais manque de chance, avec le contrat standard, on ne peut pas être rapatrié dans le cas d’un PCL en panne, ce n’est valable uniquement si on est en incapacité physique de ramener l’avion ou s’il y a un problème météo.
Je contacte alors un responsable du terrain de départ qui arrive à joindre l’agent AFIS sur son numéro professionnel (j’avais obtenu son numéro personnel mais le portable était déchargé !). Il a la gentillesse de revenir de son domicile au terrain pour résoudre la panne et 30 minutes plus tard, m’appelle en me disant que le PCL avait disjoncté.
Je redécolle donc et arrive sans aucun problème à destination.
Mes réflexions après cet évènement :
- Etre en possession d’un mobile toujours chargé, avoir tous les numéros de téléphone utiles à disposition.
- Faire le plein complet au départ.
- Bien donner ses intentions au SIV qui coordonne avec le BRIA pour les clôtures de plan de vol.
- Ne pas être déstabilisé de se retrouver sur un grand parking désert avec des issues fermées et avoir toutes les cartes des terrains de dégagement même éloignés en particulier les aérodromes importants ouverts H24 au cas où !
- Enfin penser qu’on ne revient pas forcément au point de départ, donc fermer les portes du hangar avant de partir….

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Matériel
Nature du vol : VFR Nuit
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En approche
Type de vol : Navigation
Type d'évènement : Electricité: Panne
Type d’aéronef : DR 400/120
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Le PCL venait d’être vérifié par la maintenance. Un réglage du disjoncteur a été corrigé après cet évènement.
Il faut toujours prévoir l’indisponibilité du PCL en choisissant un terrain de dégagement et le carburant en conséquence.
La panne d'alimentation électrique du PCL est normalement parée par la mise en route d'un groupe électrogène. Mais dans le cas présent c'est le circuit d'éclairage piste lui-même qui a disjoncté.
La prévision d'un déroutement de nuit lors du calcul carburant permet de couvrir cet aléa.
Le stress et l'objectif destination n'ont pas été conséquents grâce à la bonne préparation du vol et la marge de carburant à bord prise par le pilote.
Le pilote a pu ressentir une pression pour tenter d’atterrir sans balisage, dans l’impossibilité de joindre le responsable AFIS, et dans l'absence d'accueil au terrain de déroutement.
L'assurance FFA ne permet d'être rapatrié que pour la mauvaise météo et la panne technique de l'aéronef.

Actions correctives :
Partage avec le responsable AFIS sur la fiabilité du PCL.

Actions préventives :
Diffusion aux pilotes de ce REX et des commentaires judicieux du pilote pour envisager la panne du PCL, la préparation rigoureuse du vol et le calcul du carburant avec les marges adéquates.