Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration H2J2T6FQAX

Déroutement en condition VMC et TEM.

Dates

Date de déclaration : 02/01/2020
Dernière modification : 02/01/2020
Date de clôture : 02/01/2020

Descriptif de l'évènement

Déroutement dans les conditions VMC. Heures locales.

Nav préparée depuis deux semaines : Alpes et Massif Central. LFXX est le terrain d'appartenance.

Le matin, rendez-vous des 3 membres d’équipage à 8 h 30 à l’Aéroclub. Parcours modifié en fonction d’une étude précise de la MTO, on retient 3 branches :

LFXX – Le Puy, départ à 11 h 30, CAVOK avec légère brume, quelques stratus ici ou là, Arrivée à Le Puy, déjeuner.

Après-midi : départ 14 h 05 CAVOK jusqu’à Grenoble-Isère, arrivée 15 h 05 ; décollage à 15 h 16 en direction de LFXX par Ambérieu en Bugey et Bourg.

Dès le passage entre les deux centrales nucléaires, nous constatons une brume qui s’épaissit et la présence d’une couche de stratus sur notre gauche sur le couloir Rhône-Saône. La communication avec le SIV de Lyon, en grève, n’est pas possible. Celle avec Grenoble devient difficile. Nous survolons le terrain d’Ambérieu, pas de communication avec ce terrain, puis assez rapidement la couche de stratus se solidifie, surmontée par les monts du Mâconnais au loin. Nous continuons, la MTO ne s’améliore pas, la communication avec Grenoble se détériore, on ne peut joindre LFXX un peu loin et en grève ; nous ne pouvons pas prendre de l’altitude puisque nous sommes sous les espaces C et D de Lyon qui nous sont interdits sauf urgence par NOTAM.

Vers 15h50, ne connaissant toujours pas la MTO à LFXX, la nuit approchant et n’envisageant pas un passage ON TOP sans en connaitre les limites malgré 2H30 heures d’autonomie, la prise de décision d’un déroutement s’impose. La solution retour sur Grenoble, c’est loin, le contact radio est très mauvais et le paysage se referme vers les centrales. Nous décidons donc d’atterrir à Ambérieu avant que ce terrain ne se bouche à son tour. Le temps de chercher la carte VAC, voir les conditions d’atterrissage sur ce terrain militaire, pas de soucis, c’est bien la meilleure solution. Dans une petite brume, nous atterrissons à 16 h 10.
Plus tard, nous apprendrons qu’un TAF tombé après 15 h annonçait un brusque changement de temps dans ce secteur difficilement prévisible.
En cas d’absence du contrôle aérien (grève ou autre), il faut redoubler de vigilance concernant la météo. Bien prendre les informations au sol avant de partir car une fois en l’air cela peut devenir très aléatoire et peaufiner les éventuels déroutements.
Malgré tout comme nous l’avons vécu, un brusque changement est toujours possible et seule une bonne préparation du vol et un équipage reposant sur une excellente entente sans hiérarchie facilitent la prise de décision de déroutement qui doit être rapide, bien réfléchie sans que chacun pense à ses obligations personnelles.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : Brume, brouillard, stratus soudés
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En route
Type de vol : Navigation
Type d'évènement : Météo: Problème
Type d’aéronef : DR 400/180
Equipement : Instrumentation mixte (aiguille + GPS par exemple)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


L’équipage à préparé son vol sérieusement avec les moyens mis à disposition. Les services de la météo étant en grève, les cartes TEMSI et Vents sont fournies avec un préavis de 1h voire moins.
L'équipage a pris une excellente décision en atterrissant à Ambérieu en Bugey (déroutement).

Conscience de la situation de l'équipage :
• La navigation est modifiée et raccourcie suite à un départ retardé cause météo : brume et stratus.
Nouvelle navigation : Le Puy en Velay avec repas puis Grenoble Isère, Ambérieu en Bugey et retour à LFXX.
• La bonne décision de ne pas continuer "on top" vers LFXX : risque concernant l'impossibilité d’y atterrir et la nuit qui serait proche.
• Validation des aérodromes survolés en vu d'un demi-tour.

Finalement, décision d'un déroutement sur un aérodrome précédemment survolé.

Actions correctives :


Actions préventives :

Briefing avec l'équipage concernant le vol et discussion sur le TEM (Gestion des menaces et des erreurs).

L'objectif est de définir les menaces éventuelles. Menaces présentes et latentes liées au départ et au retour.

Menace latente : la météo.
Contexte anticyclonique d'hiver avec couche d'inversion, visibilité réduite et stratus. Cette situation, qui empêche un décollage le matin, risque de se reproduire en fin d'après midi quand la température diminue.
La contre mesure idéale pour gérer cette menace est de réduire encore plus le voyage pour garantir un retour avant 16h00 locale. Décision qui ne peut être envisagée qu'avec une bonne connaissance de la météo.

Seconde menace latente et facteur aggravant : Grève des services de météo France et du contrôle.
Les cartes TEMSI de l'après midi n'étaient pas disponibles le matin (copier le lien et coller dans la barre adresse de votre navigateur).

carte TEMSI de 15h00
https://drive.google.com/file/d/0B_DMnpM_gSqCV1Q4clE3TGtZcUFGVVJpejBRdDdwSVdsVWpn/view?usp=sharing
carte TEMSI de 18h00
https://drive.google.com/file/d/0B_DMnpM_gSqCRDRqRVRHMTltc3RWTXZpRkI3MVN3UHpMWTFr/view?usp=sharing


Avec cette info, la navigation aurait été certainement modifiée.
La contre mesure pour cette menace est la même que précédemment.

Pour notre cas, un retour après le repas à Le Puy aurait permis de rentrer en sécurité sur LFXX.