Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration ECJ1QNR1E4

Publiée nationalement

Dates

Date de déclaration : 17/07/2016
Dernière modification : 17/07/2016
Date de clôture : 17/07/2016

Descriptif de l'évènement

Je faisais de l'instruction en ULM avec un de mes élèves.
Après quelques tours de pistes pendant lesquels un paramoteur évoluait dans les axes de montée vers 1500 ft (estimation), nous partons en secteur et au retour nous faisons une intégration par la verticale à 1500 ft pour rejoindre une vent arrière main gauche piste 27 à 1200ft. Le paramoteur semblait être à la même hauteur.
Le vent était du 250 pour environ 5 kts.
Avant d'arriver verticale 1500 ft j'ai demandé à 3 reprises si des paramoteurs étaient en vol. Aucune réponse.
Je fais faire une intégration en vent arrière à 1200 ft en surveillant un paramoteur en évolution au dessus de l'aérodrome à des altitudes variables.
Nos annonces radio ont été effectuées à chaque point de report et à chaque branche du circuit que j'ai voulu exemplaire.
En courte finale, j'ai compris que le paramoteur allait se passer en même temps que nous en travers de la piste en herbe et à une distance que j'ai jugée incompatible avec notre sécurité (25 à 30 m de l'axe de la piste 27) j'ai donc effectué une remise des gaz.
J'ai refait un appel radio en demandant à nouveau si une écoute radio était effectuée par l'instructeur paramoteur et là surprise " école paramoteur j'écoute" après quelques échanges j'ai constaté que nous n'avions pas la même vision de la sécurité puisque l'instructeur Para-Moteur a clairement dit que la sécurité n'avait pas été engagée.
Ma formation en paramoteur m'a permis d'identifier tardivement mais avant l'atterrissage que le paramoteur allait effectuer un atterrissage. Chose que ses évolutions durant notre tour de piste ne laissait pas envisager. L'expérience récente d'un de mes élèves qui a fait un arrêt décollage suite à une incursion de piste d'un paramoteur effectuant un passage à basse altitude et à contre QFU sur la piste en herbe m'a également sensibilisée et j'étais donc attentif aux évolutions de ce paramoteur.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo :
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : A l'atterrissage
Type de vol : Instruction double commande
Type d'évènement : Non défini
Type d’aéronef : Autre avion
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Juste pour rappeler que dans tous les cas l'aérodrome concerné est un terrain non contrôlé et que par conséquent il convient de respecter les régles de l'air et que la première de celle-ci est : voir et éviter.
Dans le cas cité, même s'il y avait potentiellement des trajectoires convergentes, il semble que le pilote a fait ce qu'il fallait pour ne pas aborder puisque ce n'est pas arrivé et ce, en ayant un visuel sur l'ensemble de la scène et des intervenants depuis le départ des actions selon leurs propres descriptions des situations. Ils les veillaient depuis des positions éloignées au départ des actions évoquées)
Pour ce qui est des responsabilités, dans la mesure où le terrain n'est pas contrôlé et que les intervenants incriminés étaient tous en phase atterrissage avec les plaignants situés en arrière de ces actions, il n'y a pas lieu de discuter de quoi que ce soit. En cas d'abordage, de par les positions décrites (arrivés par l'arrière dans des positions non prioritaires, il aurait été en tort par référence aux règles de l'air.


Actions correctrices : Rappeler les règles de l'air aux membres et les sensibiliser. Demander à l'instruction Para-Moteur d'annoncer la présence d'un para-moteur dans le circuit ainsi que ses intentions dès lors qu'un autre aéronef se présenterait dans un circuit de piste.

Actions préventives : Information aux membres de ce REX pour rappeler qu'un para moteur doit être considéré comme un aéronef et que sa maniabilité est plus délicate qu'en avion.