Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration CXQBTRW7IQ

Forts risques d'accidents à l'atterrissage.

Dates

Date de déclaration : 12/07/2021
Dernière modification : 17/07/2021
Date de clôture : 17/07/2021

Descriptif de l'évènement

Au retour d'un vol local j'intègre le terrain de Challes par le sud à 3000ft par une verticale décalée à l'ouest (cause treuillage en cours).
Un VL3 s'annonce arrivant par le sud également, il annonce avoir visuel sur moi.
Au moment où je quitte la verticale et entame ma descente vers la vent arrière main gauche piste 32 un hélicoptère annonce passer le col de St Saturnin vers l'aérodrome (2500ft il me semble). Pour éviter un conflit avec cet appareil je raccourcis mon virage vers le milieu de vent arrière.
Lorsque je suis en base il est demandé le silence radio pour un treuillage planeur en cours. Le VL3 et l'hélico sont toujours derrière moi dans le circuit.
Alors que je suis établi en finale l'appareil qui tracte les planeurs se positionne devant moi en courte finale en intégrant par la base opposée rapprochée (sans message radio du fait du treuillage). Il se pose sur la bande gazonnée et traverse la piste en dur devant ma finale. Au même moment un planeur tracté par une voiturette traverse le seuil de la piste 32, je suis en très courte finale : l'attelage aura à peine dégagé le seuil lorsque je me pose, m'obligeant à viser un point d'aboutissement de ma finale plus éloigné.
Derrière moi les choses sérieuses commencent: un D140 a intégré directement une circuit très rapproché et se retrouve en finale devant le VL3 et l'hélicoptère (qui avaient suivi un circuit standard) alors qu'un planeur est également en finale sur la bande gazonnée; le pilote du D140 n'a apparemment pas connaissance des positions des autres appareils car c'est le pilote du VL3 qui lui fait remarquer qu'il vient de lui couper la route pour se mettre en finale devant lui. Le D140 annonce alors vouloir se poser sur la gazonnée mais s'aperçoit de la présence du planeur, se ravise et prend la piste en dur devant le VL3 et l'hélico alors que le planeur se pose quasiment en même temps sur la piste en herbe.
A noter que le pilote du planeur était un jeune de 14 ans et que c'était un lâché solo.
Une scène de vie presque "banale" sur le terrain de Challes si l'enjeu de sécurité n'en devenait pas préoccupant.
Plusieurs points me semblent néanmoins à creuser :
- l'usage/écoute de la fréquence par le CSVVA : le silence radio imposé est certes primordial pour la sécurité du treuillage mais il comporte de nombreux effets de bords du fait de l'empêchement pour les autres pilotes de s'annoncer dans des phases critiques du vol (ici le remorqueur qui déboule en courte finale); les nombreux messages personnels ou à l'attention du fonctionnement du club qui polluent régulièrement la fréquence
- un mauvais suivi du trafic par les voiturettes de remorquage planeurs (ici une traversée de piste au nez d'une courte finale)
- des intégrations dans le circuit de piste au mépris des trafics déjà présents : si une commission de sécurité ou assemblée de tous les usagers du terrain existe il serait intéressant d'aborder l'option d'une intégration standard via la verticale (décalée à l'ouest de la piste en cas de treuillage) à 3000ft.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : A l'atterrissage
Type de vol : Solo pilote
Type d'évènement : Risque d'abordage
Type d’aéronef : DR 400/160
Equipement : Non défini

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Du fait de la succession d'anomalies : un appareil qui tracte les planeurs se positionne devant une courte finale, un avion remorqueur qui traverse la piste en dur devant un avion en finale, une traversée du seuil de piste par une voiturette tractant un planeur devant la courte finale,..., la remise des gaz aurait pu être envisagée même si cela ne représente pas une réelle sécurité compte tenu d'un contexte dangereux.

Actions correctives : débriefing avec l'ensemble des représentants des usagers de l'aérodrome. Discussion pédagogique sur l'opportunité de la remise des gaz dans ce cas.

Actions préventives : revoir la procédure de silence radio sur le terrain. Revoir l'organisation de l'activité sur le terrain avec tous les usagers. Mise en œuvre d'une instance "sécurité" au sein de l'association des usagers de l'aérodrome.
Etude de l'opportunité d'un amendement à la carte VAC (intégration circuit de piste, procédure radio,...).
Réactiver le processus de création d'une fiche FFA ICARUS pour le terrain.