Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration 4KU7XAOUTVL

Panne carburant au roulage

Dates

Date de déclaration : 22/06/2022
Dernière modification : 22/06/2022
Date de clôture : 22/06/2022

Descriptif de l'évènement

En voyage pour le week-end, je fais le plein complet de mon avion en m'assurant à plusieurs reprises que le niveau soit bien au maximum me donnant une autonomie théorique de 4h30 pour une destination se trouvant à 1h30.
Le vol aller navigué à l'estime se passe sans problème et en consultant l'horamètre, je constate qu'il m'indique 1h42min de vol. La jauge de carburant me semble cohérente avec ce temps de vol.
Je décide donc de repartir le lendemain sans refaire le plein car l'autonomie calculée et affichée est de plus de 2h30.
Sur le retour, un léger vent de face de 10 nœuds me ralentie je décide donc de tracer droit sur une route GPS.
Tout au long de vol retour, je constate que la jauge baisse de façon anormale et beaucoup plus vite qu'à l'aller mais sûr de mon calcul, je continue ma route.
A 20min de ma destination, le voyant niveau bas carburant s'allume à chaque turbulence. Je décide donc de me poser sur l'aérodrome le plus proche. Bien que la carte vac ne m'indique pas d'automate, je me dis que qu'en ce week-end de beau temps, il y aura forcement de l'activité et quelqu'un pour m'avitailler moyennent finance.
Au sol, personne sur le terrain, j'appelle le numéro figurant sur la carte Vac mais personne ne me répond.
Je refais mes calculs et constate que j'ai volé seulement 3h20 sur le weekend. Ayant averti mon aéro-club de la situation, je reçois un appel d'un membre. Nous refaisons les calculs et nous trouvons la même chose : il me reste plus de 1h d'autonomie pour ma destination se trouvant à 20min. De plus, il m'indique que l'alarme niveau bas carburant est capricieuse et que le voyant s'allume très tôt.
Je décide donc de reprendre mon vol et de faire les 20min qui me sépare de ma destination.
J'atterrie sans problème, dégage le piste et coupe la pompe à carburant en suivant la check-list. A ce moment là, plus aucune puissance dans le moteur qui reste au ralenti.
Je coupe le moteur, annonce à la radio que je suis bloqué sur le taxiway et demande de l'aide pour ramener l'avion au parking.
Au parking, nous refaisons le plein et constatons qu'il restait 3L dans le réservoir, j'étais donc en panne sèche. Pourtant l'horamètre indique que j'ai volé sur le week-end 3h56 pour une autonomie théorique de 4h30.
Aujourd'hui, je ne sais toujours pas pourquoi l'autonomie calculée et affichée au départ du vol retour était erronée. Mais à l'avenir, je referrai le plein au moindre doute.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : Non défini
Type de vol : Navigation
Type d'évènement : Essence: Panne
Type d’aéronef : Autre
Equipement : Instrumentation mixte (aiguille + GPS par exemple)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Il est important de savoir que lorsqu'un pilote souhaite faire le plein de son avion, les pistolets peuvent se déclencher par excès de pression dans le réservoir et donc, se déclencher avant le plein complet.
S'assurer en effectuant plusieurs essais que le réservoir est bien plein, si le plein est nécessaire.
Il est également très important de faire la corrélation entre les différents moyens disponibles pour déterminer la quantité de carburant dans les réservoirs.
Utiliser les jauges électriques, le carnet de route, les jauges manuelles si disponibles sur l'avion, mais également le contrôle visuel des réservoirs en vérifiant par le bouchon de remplissage si possible (DR400 / PA 28 / etc...).
Les avions qui commencent à vieillir consomment également plus de carburant qu'à leur sortie d'usine, il faut donc prendre avec précaution les consommations des avions et se rajouter une petite marge si possible, en relation avec le devis de masse et centrage.
Enfin, si le moindre doute persiste, ne pas hésiter à remettre un complément de carburant pour la branche de navigation concernée.
Plébisciter les terrains de déroutement avec une station et un automate utilisable en autonomie par le pilote (TOTAL / BP etc...)

Actions correctives : Réunion de sécurité pour la formation des pilotes du club

Actions préventives : Diffusion par plusieurs canaux de l'existence d'un jauge manuelle à essence sur HR200