Gamme Aérogest : logiciel de gestion pour l'aviation

Déclaration 3NNOCDCQOKW

Ecart insuffisant en finale

Dates

Date de déclaration : 23/09/2022
Dernière modification : 24/09/2022
Date de clôture : 24/09/2022

Descriptif de l'évènement

Rapprochement anormal en tour de piste.
Vol d’instruction, tours de piste, touché – décollé successifs en Jodel D112 à LFxx.

Après un touché, nous sommes en montée initiale. Nous entendons un DR400 s’annoncer (F-yy), vers nos installations, pour un toucher, à 3 minutes de la verticale pour reconnaissance.
Je passe un message radio pour nous annoncer (« MI en vent traversier, se reporte en vent arrière 31 »).
Lors de notre vent arrière, je vois le DR400 faire sa verticale, prendre l’axe de la 31 et il passe un message standard.
Je le perds ensuite de vue. Je dis à l’élève de poursuivre comme prévu, je m’occupe de la surveillance. Le DR400 s’annonce en vent arrière.

Lorsque nous passons en base, j’aperçois le DR400 qui s’est bien rapproché de nous. J’annonce à la radio « yy de MI, pour info nous sommes un Jodel et allons seulement à 90 km/h. »
yy (un peu dédaigneux) – oui je vous vois MI.
Moi (le plus aimablement possible) – yy c’était juste pour info, parce que je vous voyais vous rapprocher vite.
yy(plus agréable, presque inquiet) – oui merci, effectivement je m’en rends compte.
Nous passons en finale et passons le message radio. J’ai le sentiment que yy n’a pas pris conscience de sa vitesse très supérieure à la nôtre. yy s’annonce en base mais je le vois être déjà en fin de base.
Je dis encore à l’élève de poursuivre et que je pense que l’autre avion va devoir remettre les gaz.
Lorsque nous sommes en courte, yy annonce la remise de gaz. Je dis à l’élève que nous restons sur la piste car je ne veux pas redécoller à côté de l’autre avion. Je n’ai plus le DR400 en vue.
Lors du roulement à l’atterrissage je vois le DR400 dans notre travers droit en remise de gaz. Il a fait une baïonnette à droite pour nous laisser décoller.
J’annonce à la radio que nous maintenons la position sur la piste. yy répond que ça passe. Je ne réponds pas à ce message et confirme à mon élève que nous remontons par le taxiway au point d’attente 31. J’en fait ensuite l’annonce à la radio.
Pendant que nous redécollons, l’autre avion poursuit sa navigation et quitte la fréquence.
Lors du débriefing avec mon élève, je reviens sur les points suivants :
- La priorité à l’avion le plus bas
- La surveillance des trafics alentours est un travail permanent, même si nous sommes en position prioritaire
- Les écarts de vitesse importants entre notre Jodel (90km/h en vent arrière) et un DR400 (140km/h en vent arrière) demandent une gestion de la séparation (allongement des trajectoires, adaptation de la vitesse...).

L’avion étant parti, je regrette de ne pas avoir pu discuter posément de ces points avec son pilote. J’imagine qu’il a été surpris par notre vitesse d’évolution beaucoup plus faible que la sienne.
Il aurait pu la détecter pendant toute sa branche vent arrière. Il aurait également pu réadapter sa trajectoire après s'être aperçu de son rapprochement en base.
En facteurs humains, la modification de son plan d'action peut parfois s'avérer difficile lorsque l'on suit un schéma bien défini et routinier. Il est cependant vital de rester vigilant aux déviations et de savoir adapter son projet d'action.

Classification de l'évènement

La déclaration concerne : Sécurité des vols (SV)
Catégorie : Facteurs Humains
Nature du vol : VFR Jour
Conditions météo : CAVOK, vent calme
Environnement : Non Contrôlé (Classe F, G)
Phase de l'évènement : En tour de piste
Type de vol : Instruction double commande
Type d'évènement : Risque d'abordage
Type d’aéronef : JODEL D112
Equipement : Instrumentation classique (aiguille)

Evaluation du risque

Traitement de l'évènement


Problème récurrent sur les terrains sans AFIS ou ATC où ce sont les pilotes qui doivent adapter leurs espacements en fonction du trafic.
2 possibilités quand le suivant est beaucoup plus rapide que le précédent.
- l'appareil le plus rapide adapte son tour de piste et fait une longue vent arrière tout en veillant bien à laisser dégagée la trajectoire de décollage pour le précédent.
- l'appareil le plus rapide demande (poliment) à passer n°1 sans que cela ne gêne le plus lent.
Sur notre plateforme cohabitent des planeurs, des ULM, des avions performants et d'autres moins.
Toujours avoir conscience des vitesses respectives de chacun.
Dans notre cas présent, l'instructeur a clairement alerté l'autre appareil sur le risque de rapprochement sans pour autant amener à une réaction de sa part en adaptant son tour de piste.
Très bonne réaction de l'instructeur qui a préféré ne prendre aucun risque.

Actions correctives : Néant

Actions préventives : Sensibilisation des utilisateurs de la plateforme sur le fait que certains pilotes de passage ne savent pas ce qu'est un Jodel et qu'il peut être bon de leur rappeler que la vent arrière d'un D112 se fait à 90 km/h et que la vitesse en finale est de 75 km/h et qu'ils doivent adapter leur tour de piste.